L'accomplissement de soi

Qu’est-ce qui freine l’accomplissement de soi?

La réussite de soi, le développement personnel… des notions qu’on voit de plus en plus et qui sont de plus en plus flous. Qu’est-ce qui, concrètement, freine l’accomplissement de soi? J’ai mis beaucoup de temps à trouver la réponse et je ne prétends pas encore la connaître totalement. J’ai investi il y a peu dans une formation en ligne coûteuse sur le développement personnel. Belles promesses, et soi-disant beaucoup de travail.

Cet article n’a pas pour but de faire une critique sur la formation, mais c’est le meilleur moyen pour aborder le sujet. Tout simplement, car c’était la première fois que j’investis de l’argent dans du développement personnel. Qu’est-ce que ça m’a apporté? Où en étais-je avant de commencer la formation? Est-ce que le développement personnel existe vraiment ou ce n’est qu’un terme commercial pour vendre des « trucs perchés »?

Cet article participe à l’événement interblogueur du blog Penser et Agir et j’aime particulièrement cet article qui parle du manque de volonté. C’est un blog qui a pour objectif de faire du développement personnel par le mouvement, démarche très intéressante.

L’accomplissement de soi, qu’est ce que c’est?

Avant de savoir ce qui freine l’accomplissement de soi, ça serait bien de savoir ce que c’est. Chacun a sa définition de l’accomplissement de soi. On associe souvent l’accomplissement par la « réussite ». Les deux sont-ils vraiment liés? Oui… et non. Quand nous engageons un projet, nous le faisons pour le réussir. Quand on réussit un projet, il y a effectivement une forme d’accomplissement. Mais, est-ce le bon projet? Il peut arriver après la réalisation d’un projet qu’on ressente plus un vide qu’autre chose.

La réussite joue un rôle important, car elle nous pousse à l’atteindre donc à agir. Mais elle ne définit pas directement l’accomplissement personnel. L’accomplissement de soi, c’est plutôt la cohérence entre nos pensées et notre réalisation. Pour être en accord avec nos actes et notre vie en général, il faut que ce soit lié à nos valeurs. Les valeurs sont définies par ce dont on apporte de l’importance.

Si nous apportons de l’importance à la peinture alors l’accomplissement de soi sera de passer du temps à cette activité. C’est aussi simple que cela. L’accomplissement ne sera donc pas de faire la meilleure peinture du monde, mais de faire la meilleure peinture pour soi. Nous avons des tas de valeurs, au plus nous investissons du temps dans ces valeurs, au plus nous pouvons estimer être accomplis.

Se fixer des objectifs

Avoir de l’ambition dans la vie est un atout. C’est ce qui va permettre de se bouger et d’accomplir des choses. Mais est-ce que ça sera dans la bonne direction? J’ai appris via le développement personnel à choisir le meilleur chemin possible pour moi. C’est loin d’être si simple, mais je vais vous exposer ma théorie. Dans la vie, vous avez plusieurs chemins possibles.

Quel chemin choisir?

Pour définir le meilleur chemin possible, il faut se servir de sa banque de données. Celle-ci est définie par nos souvenirs. Après avoir fouillé, nous pouvons choisir un chemin. Vous serez d’accord pour dire qu’il n’y a aucune garantie que ce soit le bon chemin. C’est exact. Que faire si nous nous trompons de chemin? Plusieurs solutions. Soit, vous rebroussez chemin et choisissez un autre chemin, soit vous vous perdez en terre inconnue.

Prendre le meilleur chemin

La première solution consiste à changer complètement, la deuxième consiste à ajuster son objectif. Les deux solutions sont donc parfaitement valables. C’est pourquoi la banque de données va nous aider à faire le meilleur choix possible, puis l’ajuster jusqu’à la fin de nos jours.

Les croyances limitantes

Dans la vie il y a des faits. Le cerveau à une capacité extraordinaire pour voir des images, qu’elles soient fictives, dans la passée ou dans le futur. Toutes ces pensées réunies guident nos pas. C’est elles qui décident de ce qu’on va manger à midi par exemple. La plupart du temps, nous ne pensons pas dans l’instant présent. Si notre cerveau n’est pas stimulé à 100% (ce qui n’est pratiquement jamais le cas), il va s’évader et penser à autre chose sans jamais arrêter son flux.

Les croyances sont les pensées qui reviennent le plus souvent et façonnent notre façon d’être. Si nous avons été timides enfants, le cerveau va peut-être identifier ça comme une vérité. Nous resterons alors timides. Certains timides cherchent à devenir plus confiants. Puis bloquent à la première difficulté, car cette envie se heurte aux pensées du passé. Je ne prétends pas faire passer un timide pour quelqu’un de confiant, mais la première chose à changer, c’est le schéma que l’on a fait dans notre tête.

Reprogrammer notre système de pensée

Pour que les pensées reviennent à des choses inspirantes, il faut un long travail sur soi. Oubliez les phrases bateaux du style « je suis capable! » à se répéter, ça ne fonctionne pas bien. Il faut donner des preuves à notre cerveau pour intégrer les pensées inspirantes. Nous avons tous eux des bons moments dans notre vie. Et c’est un vrai travail que de les faire ressortir. Ça ne va pas se faire en un claquement de doigts comme je l’ai souvent vu et lu. Nous avons tous un potentiel énorme en nous et l’exploiter c’est souvent une question de développement personnel conscient ou inconscient.

La visualisation

Ça fait depuis maintenant 2 mois que je m’intéresse de plus en plus à la visualisation. Grâce à la formation que je suis, je sais beaucoup plus de choses concrètes pour avoir un développement personnel efficace. La visualisation fait partie des exercices concrets qui va vous faire découvrir (en vérité, vous rappeler) qui vous êtes. C’est comme la méditation, sauf que vous allez prendre le contrôle de vos pensées. Écoutez de la musique inspirante, fermez les yeux, respirez en cohérence cardiaque puis entrez dans vos souvenirs.

Rappelez-vous les bons moments, les inspirations, les films inspirants, ce qu’on vous a dit d’inspirant… Puis notez un maximum. N’oubliez pas, ce qui façonne notre mental, ce sont nos pensées. Remettre des pensées bienveillantes et inspirantes de façon consciente pendant l’exercice de visualisation, plusieurs fois par semaine, va vous permettre de briser certaines croyances limitantes et vous rappeler que dans le passé, à certains moments vous étiez particulièrement inspirant pour vous-même.

La perte d’énergie due aux médias

Les pensées ne sont que rarement contrôlables, car nous ne pouvons pas toujours prendre conscience de nos pensées. Donc pour faciliter la tâche, le mieux est d’éviter le négatif inutile. J’insiste sur le « inutile ». La télévision en général ne fait que diffuser de soi-disant faits dont vous n’avez pas le moindre pouvoir d’action. À l’époque où la télévision n’existait pas, les gens étaient beaucoup moins informés, étaient-ils plus en danger pour autant? J’en doute. Les informations sont importantes quand elles nous sont utiles, mais les médias (surtout en télévision, mais ça vaut pour tout type de média) donnent des informations sans qu’on puisse agir et les utiliser.

Le business des médias se trouve dans l’audimat, il a été prouvé que les gros titres qui font peur font plus d’audimat. C’est logique, car la peur est un circuit indispensable dans le cerveau pour nous protéger. Il y a des années de cela, les chasseurs-cueilleurs avaient grandement besoin de la peur. Quand un tigre à dent de sable se présentait devant le repas, attiré par la bonne odeur, la peur entre en jeu, le système sympathique faisait augmenter le rythme cardiaque et les jambes allaient à pleine vitesse pour fuir. Chaque fois que l’on regarde les médias, nous activons notre système nerveux sympathique. Et nous alimentons les pensées négatives. Je ne dis pas de fermer les yeux sur les malheurs du monde, mais d’agir là où nous avons du pouvoir.

La peur

Le cerveau à une capacité géniale de distordre les faits. Il y a plusieurs types de peur. La peur qui demande une action immédiate à cause d’un danger et la peur qui nous paralyse. La peur de prendre la parole en public par exemple. Souvent, nous rejetons la peur. Or, c’est au contraire un excellent signal que nous envoie notre cerveau pour réagir le mieux possible. Celle-ci nous envoie parfois malheureusement des messages erronés.

Les schémas de pensées font un gros travail. Les faits du passé sont très souvent altérés par le cerveau. C’est normal, celui-ci ne se rappelle plus exactement des faits, alors il remet les souvenirs du mieux qu’il peut selon la banque de souvenir à disposition. Il faut savoir que pendant le sommeil paradoxal (quand nous rêvons) le cerveau fait un travail incroyable pour remettre les souvenirs en place. Mais il jette certaines données et certains souvenirs qui prennent trop de place (ou plutôt, il les met de côté très profondément).

Le travail de visualisation peut faire remonter des tas de souvenirs oubliés. Mais ça ne fera pas directement dépasser la peur. Souvent, quand nous avons une peur irrationnelle, c’est parce que nous percevons plus les inconvénients que les avantages. La peur du public? On pense directement au pire et nous ne pensons plus du tout à ce que cela va nous apporter. Pensez donc aux avantages quand vous aurez peur puis pensez à ce qu’il pourrait se passer de pire. On va se moquer de vous? N’y a-t-il pas des avantages par rapport à ça? Comme faire monter votre envie de devenir meilleur? Et peut-être que personne ne se moquera et qu’au contraire ils vont se connecter à vous, car eux aussi ont peur!

Conclusion sur ce qui freine l’accomplissement de soi

L’accomplissement de soi est un sujet passionnant. Le plus gros frein, est en réalité, notre système de pensé. Si nous arrivons à prendre le contrôle sur les pensées, il y a de grandes chances que nous arrivons à l’accomplissement. Est-ce que l’accomplissement c’est de devenir riche ou d’avoir le job de nos rêves? La réponse se trouve dans votre propre banque de souvenirs. L’accomplissement de soi se défini par vous et personne d’autre. Définissez vos valeurs et accomplissez votre mission de vie.

Est-ce que la formation m’a été utile? Elle est loin d’être terminée et je peux déjà affirmer que oui. J’apprends énormément de choses qui me serviront certainement tout au long de ma vie. Je peux donc dire qu’il peut être intéressant d’investir dans ce secteur pour notre accomplissement personnel.

Dites-moi en commentaire quelle définition donnez-vous à « l’accomplissement de soi » et quels freins devez-vous faire face?

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

About David Jedresac

12 Comments

  1. Merci David, ce que je retiens est que si l’on veut avoir une sentiment d’accomplissement, il faut être honnête avec nous-mêmes sur le point de départ et le point d’arrivé possible. La magie est dans notre façon que l’on a de bien estimer l’écart. Et surtout apprécier le chemin. Finalement, il faudrait simplement avancer et observer sans jugement. Dès que l’on voit qu’on bouge est être heureux.

    1. Être honnête et surtout conscient de ce qu’on veut tout en rectifiant le chemin souvent. Que ce soit 1 fois par mois ou 1 fois par semaine voire une fois par jour, le mieux c’est de re-clarifier le plus souvent possible pour avoir le plus de chance possible d’être dans le bon chemin.

      L’observation est très importante effectivement, avancer en observant permet d’être le plus au clair avec soi même.

      Donc l’accomplissement c’est d’agir, d’avancer, apprécier et tirer parti de toutes expériences (il n’y a donc pas de réel échec finalement, juste des expériences).

      Merci pour ton commentaire Isabelle 😉

  2. Bonjour,
    Article est très intéressant surtout quand on est en plein dedans, cela permet de prendre conscience de certains détails qui ne sont pas négligeables ! Le système de pensée est puissant et si on arrive à le contrôler ne serait-ce qu’un peu, cela peut offrir des sacrées perspectives de développement de soi !
    Merci

    1. Bonjour, effectivement les pensées façonnent directement le mental. Le but n’est pas de le contrôler à 100% mais de le mettre à notre service. Cela demande un vrai travail sur soi et pas juste prendre 5 minutes de temps en temps. Mais ça vaut le coup à mon sens d’aller profondément dans ses souvenirs pour aller aux sources de nos motivations pour nous guider. Merci pour ton commentaire 🙂

  3. Merci David! C’est une belle réflexion qui s’amorce et ton article y contribue. La réalisation de soi pour moi, c’est utiliser mon potentiel et repousser mes limites.
    Mes freins? Je crois que le plus gros en ce moment est de me laisser découvrir sous les volets que les gens ne connaissent pas de moi et probablement, la peur d’être jugée.

    1. C’est une peur rationnelle et souvent une croyance assez puissante. Pourtant, il n’y a rien de mieux que de s’accepter tel qu’on est. Plus facile à dire qu’à faire quand l’environnement ne s’y prête pas. C’est pourquoi, je fais souvent des exercices de visualisation, j’ai noté mes inspirations, que ce soit des souvenirs ou des extraits de films qui me parle beaucoup.

      Définir sa mission de vie est vraiment bien car on fini par ne plus perdre de temps avec les autres et se concentrer sur sa vie avant l’avis de quoique ce soit. Car nous n’avons pas de temps à perdre 🙂

  4. Intéressant ton article !
    Pour ma part, l’accomplissement de soi résonne avec le fait de se réaliser en temps que personne via sa mission de vie (comme tu le dis toi-même).
    C’est ainsi que l’on atteint le bonheur en exprimant ses talents naturels librement.
    Pour ce qui est des freins, je pense qu’ils sont multiples mais peuvent se résumer à un visage de la peur.
    La peur de ne pas réussir, la peur du rejet, la peur d’être seul, la peur d’être incompris…

    1. La peur joue un gros rôle effectivement c’est pourquoi j’ai préféré en faire un titre et d’approfondir la question. En ce moment je recherche un peu la peur, je l’a modifie en excitation car elle est me dit « ici tu es challengé », une vie sans peur serait peu intéressante et amer.

      Merci pour ton commentaire 🙂

  5. J’ai pris du plaisir à lire cet article David et il me fait penser au discours de Franck Lopvet que tu connais peut-être … en tout cas je te recommande de l’écouter sur youtube ou les sites de podcasts. L’accomplissement de Soi est un sujet très vaste effectivement et à chacun de trouver son chemin, pour ma part j’y ai trouvé un accès par la connexion Corps-Âme-Esprit qui me permet de manifester intérieurement un lâcher-prise et une harmonie dans la vie que je mène. Merci pour ton partage et au plaisir de lire tes prochains articles 🙏

    1. Je ne connaissais pas Franck Lopvet, j’ai écouté un (ou son) de ses Tedx et sa vision des choses semble se rapprocher du développement personnel auquel je crois. Il met des mots sur des termes tel que le « lâché prise » parfois mal compris. Quand on comprends un peu mieux le fonctionnement du cerveau, que les émotions réagissent comme une réaction chimique finalement, on peut prendre des dispositions et savoir comment mieux réagir aux aléas de la vie.

      La vision de la réussite de Franck c’est d’être au bon endroit pour soi et sa rejoint ma vision. Merci de m’avoir fait découvrir, c’est très intéressant. Je vois que tu as toi aussi trouvé un point d’équilibre dans ta vie pour trouver cette harmonie et c’est toujours top une personne qui partage son accomplissement qui lui est propre 🙂

  6. Bonjour David. Excellent article sur l’accomplissement de soi. Pour ma part, mon expérience de vie m’a amené sur plusieurs chemin que j’ai choisi. Il y a eu des barrières, des peurs et j’ai eu à les surmonter pour me réaliser. Je suis à l’aube de ma retraite et en regardant en arrière, il n’y a très peu de « J’aurais dont dû ». Merci

    1. Bonjour Denis, ne pas éprouver de regret de rapprochant de la retraite c’est à mes yeux un accomplissement car tu es, pour toi-même au bon endroit. Bravo pour ça et bravo d’avoir surmonté les barrières et les peurs, c’est un travail sur soi de toute une vie.

      Merci à toi pour ton commentaire 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :