Mieux gérer l'anxiété

Comment mieux gérer l’anxiété?

Croire que nous pouvons supprimer les émotions est un mauvais départ. Que ce soit l’anxiété, l’angoisse, la panique, la nervosité, nous ne ressentons pas ces émotions désagréables par anomalie. Nous les ressentons par signaux d’un problème présent dans notre esprit. Apprenez à mieux gérer l’anxiété, comprendre l’incertitude et retrouver des rappels sur l’hygiène de vie pour devenir une personne qui maîtrise son anxiété plutôt que de se faire limiter par un sentiment qui au fond ne nous veut que du bien.

Qu’est ce que l’anxiété?

L’anxiété est un sujet de plus en plus d’actualité au fil du temps qui avance. L’anxiété est une impression désagréable, voire malaisante, proche d’une peur élevée qui ne disparaît pas. C’est donc un sentiment de peur qui dure dans le temps. Au lieu d’avoir une peur directe quand vous voyez une araignée (surtout si vous êtes arachnophobe) vous avez peur presque toute la journée et même tous les jours, du moment que l’élément déclencheur n’est pas traité. On peut parler d’humeur car c’est émotion qui dure dans le temps.

Pourquoi l’anxiété est de plus en plus présente?

Je ne vous apprends rien quand je vous dis que les informations sont de plus en plus sombres, notamment avec la récente pandémie de 2020 qui se prolonge dans la durée. Le cerveau humain est le cerveau le plus évolué du monde, et pour l’instant, à notre connaissance, de l’univers. Pourquoi celui-ci a une telle faille et laisse-t-il passer l’anxiété aussi facilement? Ça n’est en réalité pas une faille, c’est une réaction du cerveau limbique (la partie qui s’occupe des émotions). Grâce à notre cortex, nous sommes capables de voir dans le passé et de visualiser n’importe quel futur. Nous sommes la seule espèce à en être capables.

Il suffit d’observer un chien qui ne se plaindra jamais de ne pas avoir eu ses croquettes la veille et qui ne se contente que du présent.

Chien qui ramène lui même sa gamelle
Vous imaginez si il vous en voudrait pour des erreurs passés?

C’est une puissante partie du cerveau, mais qui présente la problématique qu’il ne fasse pas la différence entre réalité et fiction. Pensez un instant à un évènement post-apocalyptique, une fin du monde réel. Faites appel à votre mental, fermez les yeux, respirez profondément et imaginez un monde où vos proches sont décédés et où toute la société moderne n’existe plus. Plongez dans ce monde comme s’il était réel et voyez comme ça peut être désagréable.

Nous pouvons imaginer un monde de désolation. Tout comme nous pouvons imaginer et interpréter son contraire

Revenez à vous et profitez de nouveau de cette paix et de la vie de votre entourage puisque tout était fictif. Le cerveau est capable de se projeter dans le futur ou le passé et d’intégrer une émotion désagréable comme si cela faisait partie non seulement du présent, mais aussi de la réalité.

Les médias alimentent les sentiments désagréables

L’arrivée de l’information H24 notamment avec les chaînes de type « BFMTV » a apporté un bon lot de problèmes psychologiques. Je ne parle pas de pathologie, mais du fait d’alimenter l’anxiété générale. Prenez le McDo, le fast-food de l’alimentation. Alimentation rapide, pratique et ergonomique, mais qui est de très mauvaise qualité pour la santé. Rendre un besoin facilement accessible pousse les gens à consommer sans se poser de question.

Il en va de même pour Amazon, si ça fonctionne aussi bien c’est grâce à son accessibilité. Mais l’ergonomie ne veut pas dire que c’est une bonne chose. La réciproque n’est pas vraie. Ça veut dire que quelque chose d’ergonomique n’est pas forcément néfaste. Mais il faut rester alerte sur certains points sans tomber dans la paranoïa. C’est la difficulté de se passer de l’information à la télévision. Le cerveau raffole de « bad news ». Difficile de l’expliquer biologiquement parlant. Mais le cerveau est rapidement accro à la mauvaise information. Qu’elle soit vraie, fausse, peu importe, il s’alimente tout en alimentant l’anxiété.

Cercle vicieux oblige, plus vous regardez les informations (à la télé ou non) et plus vous serez anxieux. D’ailleurs, le business de l’information et des médias se base essentiellement sur les “bad news” plutôt que sur vos besoins. D’autant plus qu’ils prennent une part de vérité, plutôt que prendre les faits entiers. Le but n’est pas de rentrer dans un débat sur les médias, je vous invite simplement à grandement limiter le fait de regarder la télévision. Si tout du moins, vous souhaitez gérer votre anxiété.

Le bouche-à-oreille

Puis vins, les discussions de type anxiogène. On finit par avoir peur de tout et l’on parle de sujets en boucle puisque la consommation générale de la télévision est très élevée (surtout en France). C’est un énorme cercle vicieux où l’anxiété s’alimente collectivement. On ne peut rien faire face à cette nuée d’information externe du monde moderne. On peut cependant faire quelque chose au niveau interne, et c’est là que ça devient intéressant.

L’interprétation n’est pas un fait

Un fait c’est une vérité pour la totalité de nos perceptions. Un chat s’écrit « c », « h », « a » et « t », c’est un fait. Dire que le monde va mal est une interprétation. Il ne faut pas confondre la réalité avec la retranscription de nos sens. Nos yeux ainsi que l’interprétation de notre cortex émet ce qu’on appelle un jugement. Nous sommes juges de tout ce que nous voyons, entendons, sentons, touchons, goûtons. Mais ça ne signifie pas que ce sont des faits.

Être anxieux quand nous interprétons le monde est un choix. Nous vivons dans notre réalité, avec nos propres croyances, nos émotions, notre ADN, nos pensées. Là-dessus nous sommes tous différents. Certaines personnes arrivent à vivre parfaitement sereinement dans des climats anxiogènes. Pourquoi? Parce qu’ils ont entraîné leur état interne. Ils ont modifié l’interprétation des évènements.

Transformer la peur en une force

La peur est la perception de voir plus de douleur et d’inconvénients sur un sujet donné. Prenons l’exemple d’un saut en parachute. Si je ne réfléchis qu’au fait que ça sera effrayant et que je vais mourir si je saute, je vais rester dans ma peur. Si au contraire je pense au fait que je vais me surpasser, dépasser mes limites et évoluer, je vais commencer à devenir inarrêtable et avoir envie de sauter. Tout est une question de perceptions au niveau des avantages et des inconvénients. Ainsi que du plaisir et dela douleur.

Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort

Vous avez déjà eu peur, et vous êtes en train de lire ces lignes? Donc ça veut dire que vous avez eu parfois peur et que vous avez quand même agi. Pourquoi ça serait différent aujourd’hui? Identifiez la cause de l’anxiété, et voyez si celle-ci est justifiée ou non. Si vous devez sauter du 6e étage d’un immeuble, la peur à un sens. Si cependant vous êtes anxieux parceque’il y’a eu un crash d’avion à 25 000 km de chez vous, je doute qu’elle soit utile.

Les difficultés de la vie sont faites pour nous rendre meilleurs, pas pour nous faire tomber. En France, nous avons trop cette croyance générale que l’échec, c’est quelque chose de mauvais et qu’il faut l’éviter. Mais il faudrait plutôt penser à se nourrir de l’échec pour nous rendre meilleurs. À grande échelle, si nous reprenons les évènements historiques, les difficultés des civilisations nous ont rendus plus forts.

La guerre de Sécession en 1861-1865 a été terrible, mais a permis de rendre la liberté aux esclaves. Les deux bombes atomiques en 1945 ont été potentiellement la plus grande catastrophe de l’humanité et pourtant elles ont permis ensuite d’avoir la plus longue période de paix avec des conflits mineurs. Ça peut paraître choquant, mais l’humanité se renforce quand il y a des difficultés. Que ce soit à grande échelle tout comme individuellement. Je ne dis pas que ces conflits étaient une bonne chose évidemment, je dis juste que quand ils sont présents, il vaut mieux s’en servir pour nous renforcer. Tout comme la récente pandémie à l’heure où j’écris ces mots.

L’incertitude sera toujours présente

Nous vivons dans une époque où nous voulons nous protéger de l’incertitude. Nous voulons par exemple, anticiper les conséquences du réchauffement climatique, anticiper les chiffres de notre entreprise dans le futur, anticiper le cours des actions de tels ou tels entreprises, etc. Notre civilisation de l’ère moderne veut absolument réduire l’incertitude à zéro.

C’est chose impossible, il y a bien trop de paramètres à prendre en compte, notamment les évènements extrêmement rares, mais qui existent quand même. Ces évènements sont appelés « Cygne Noirs » par le grand penseur Nassim Nicholas Taleb dont j’aime beaucoup ces travaux sur l’incertitude. Il est selon moi le plus calé dans ce domaine. Et il a raison. Ce n’est pas une mauvaise chose de ne pas savoir.

Quand nous étions enfants et, où notre cerveau était encore en train de se développer, nous étions dans l’incertitude totale. Et ce n’était pas une mauvaise chose, ça nous a appris à apprendre. Nous nous sommes renforcé de l’incertitude.

Faire de l’incertitude, une force

Apprendre dans l’échec n’est pas une valeur que nous apprenons à l’école. Au contraire. Et c’est un verrou psychologique qu’il vaut mieux briser. Le meilleur apprentissage, c’est de se casser la figure. Pour réduire l’anxiété, il ne faut pas avoir peur de l’inconnu, il faut le rechercher. L’être humain est fait pour apprendre. Il suit aussi le chemin que le cerveau de son utilisateur lui dicte de suivre.

Si vous vous limitez aux croyances communes, notamment, celle d’avoir une mauvaise note c’est être quelqu’un ayant une mauvaise intelligence. Vous limitez votre cerveau, ces compétences et intrinsèquement, votre anxiété liée à l’incertitude.

Ayez la certitude d’avoir foi en vos valeurs

Ne cherchez pas la certitude extérieure, c’est peine perdue. Par contre, la certitude en vous est importante. Ce qui fait de nous des êtres humains différents, c’est en partie nos valeurs. Là où vous mettez de l’importance et ce que vous aimez sont vos valeurs. Que ce soit la famille, le travail, les jeux vidéo, n’importe quel loisir… C’est là où vous devez avoir de la certitude. Pourquoi? Parce que c’est votre cercle d’influence.

C’est intrinsèquement que vous avez pleins pouvoirs et où vous pouvez avoir des certitudes. Avoir des certitudes en vos valeurs c’est ne pas s’écarter de votre chemin à cause de l’influence du monde extérieur. Comprendre par là que rien ni personne ne peut vous écarter de vos objectifs quand vous avez des certitudes en vous.

Ça ne veut pas dire non plus que vous n’avez aucune influence dans le monde extérieur, il ne faut pas partir dans l’autre extrême. Je dis simplement qu’il vaut mieux avoir les ressources en soi pour répondre à toutes éventualités plutôt que chercher à anticiper les éventualités. Vous saisissez la subtilité? Quoi de mieux pour vaincre l’anxiété que de se savoir capable de répondre à toute éventualité?

Augmenter son hygiène de vie

Je ne vais pas particulièrement insister ici, car ce sont des messages que vous voyez presque tous les jours. C’est pourtant une clé pour mieux gérer son anxiété, puisque l’hygiène de vie influe directement sur votre énergie. Ne voyez pas les paragraphes sur l’hygiène de vie comme une base rigide où vous ne pouvez pas vous détourner des règles. Voyez plutôt les choses d’une façon libre et adaptée pour vous. Pour prendre soin de son corps et de son esprit, il faut prendre du plaisir. C’est un fait que manger des big Mac tous les jours peut être un plaisir, il faut simplement se rendre compte que ça a des conséquences sur la santé sur le long terme, sans pour autant se l’interdire totalement.

C’est souvent l’abus qui est nocif, les clés de l’hygiène de vie se trouvent dans le fait de prendre plaisir à prendre soin de sa santé (donc, adapté à chacun) et de trouver un certain équilibre dans toutes les fondations.

L’alimentation

Je ne suis pas nutritionniste, mais il est toujours bon de faire des petits rappels sur les bénéfices de bien manger. Le but est d’arriver à une alimentation équilibrée et saine selon nos besoins et notre dépense calorique. La dépense calorique est différente chaque jour, c’est pourquoi il est inutile de calculer notre alimentation à moins d’être professionnel en la matière (en quel cas vous pouvez sauter cette partie).

Pour avoir une bonne alimentation, il faut de bons aliments dans le réfrigérateur et les placards. Si vous avez de bons aliments, vous ne pouvez pas faire d’écarts. En outre, testez ce qui vous convient, ce qui vous donne de l’énergie à vous. Sans être addict à l’information à ce sujet puisque nous ne connaissons pas encore suffisamment le corps humain pour être parfait sur ce point.

Il y a bien des règles de base, comme éviter le surplus de sucre, notamment les indices glycémiques élevés. Mais qui sait, peut être que pour vous, ça fonctionnera de manger plus de sucre. Essayez les choses, plus de protéine pendant 1 semaine, plus de lipide pendant une autre semaine, comprenez ce qui vous donne de l’énergie. Et user des informations des professionnels pour vous inspirer et non comme vérité absolue. Amusez-vous en testant de nouveaux plats.

Quoiqu’il en soit l’alimentation à un grand rôle à jouer sur notre énergie, prenez soin de ce que vous avalez pour augmenter vos chances d’avoir le contrôle sur vous-même.

Le sommeil

On ne peut pas prétendre avoir de l’énergie si nous dormons 2 heures par nuit. Le sommeil est une réparation du cerveau. Surtout le sommeil paradoxal qui permet de réguler les émotions. Je vous renvoie sur cet article pour approfondir le sujet du sommeil. Pour résumer grossièrement, pensez vraiment à dormir 8 heures par nuit sans culpabiliser quand vous n’y parvenez pas. N’hésitez pas aussi à prendre du repos, sur de longues périodes si nécessaire.

Sport

Je pense que vous entendez assez souvent que le sport est bon pour la santé. Évidemment, c’est bon aussi pour prendre le contrôle sur l’anxiété. Le sport permet d’être bien dans son corps et d’avoir une meilleure concentration. Mais je recommande d’être flexible comme dit en introduction sur l’hygiène de vie. Il ne faut jamais se forcer à faire du sport. Il faut prendre plaisir à faire du sport. Cherchez un sport qui vous plaît, des personnes avec qui partager l’activité au besoin et faites d’une pierre deux coups.

L’infobésité

L’époque dans laquelle nous vivons est vraiment hors norme si l’on compare à toute l’histoire de l’humanité. Nous avons à disposition plus d’informations et de connaissances faciles d’accès que nous n’en avons jamais eu. Le point de noir de cela c’est que se nourrir de mauvaises informations baisse notre énergie générale. Notre ADN est programmé pour réagir aux 5 sens. Si vous regardez des informations à la télé, vous vous nourrissez d’informations négatives dont vous n’avez même pas besoin.

Est-ce que nous pouvons nous passer des informations? Cela fait maintenant 1 an que je n’ai plus du tout de télé et ça ne me manque pas le moins du monde. Suis-je en retard sur les personnes qui regardent la télévision? Bien au contraire, puisque le temps gagné est exploité pour lire des livres par exemple. Je ne dis pas de jeter votre écran. Mais en règle générale, les chaînes d’informations ne sont pas saines.

Leur business est de faire des titres qui font peur, car c’est ce qui marche le mieux. Automatiquement, l’anxiété va considérablement augmenter à la vue des informations. Même si vous ne pensez pas y être sensible, si vous êtes doté d’un cerveau d’Homo Sapiens, vous y êtes soumis par votre cerveau limbique. C’est normal de procrastiner et de se laisser avoir de temps en temps. Le but de cette partie est de faire un rappel sur le fait d’être conscient de ce que nous regardons. J’insiste sur ce point, car c’est vraiment une chose importante pour mieux contrôler son énergie.

Les professionnels en psychologie

Est-ce que c’est une bonne idée si après tout ça nous sommes toujours anxieux, d’aller voir un professionnel? Je ne vais pas remettre en cause le métier de chacun. Ça peut fonctionner comme ça peut ne pas marcher. Je déconseille simplement l’usage des médicaments. En réalité, qui que vous soyez, vous avez un cerveau d’une puissance extraordinaire. C’est cet organe qui nous a placés à une vitesse fulgurante en haut de la chaîne alimentaire.

Pour gérer l’anxiété, il faut se faire confiance. Faire confiance en vous et en la vie. Ce n’est pas une pensée naïve et bien-pensante. C’est simplement prendre conscience de l’incertitude ambiante tout en sachant que nous pourrons dans tous les cas nous améliorer et dépasser les difficultés. Vous êtes toujours là, en vie, après avoir passé plusieurs épreuves. N’est-ce pas la preuve que vous êtes capables de surmonter les épreuves?

Pour répondre à la question des professionnels, si vous sentez que c’est nécessaire, faites-le. Je vous invite dans tous les cas à travailler sur vous-même. Pour avoir des perceptions aguerries et pouvoir affronter toute incertitude. Ainsi que de se tourner avant tout vers les solutions naturelles.

Peut-on réellement gérer l’anxiété?

Je suis persuadé que nous pouvons tous avoir un meilleur contrôle sur notre cerveau. Et l’anxiété en fait partie. Je parle bien de « gérer l’anxiété » et non de la réduire. Toutes émotions ont un sens. Il faut simplement le comprendre, car une émotion est un signal au même titre que la douleur physique. Supprimer tous les signaux d’un avion serait très problématique pour les pilotes, car ils seraient aveugles sur certains problèmes rencontrés en plein vol. Il en va de même pour les émotions.

Si vous ressentez de l’anxiété, c’est un signal. Attention, les signaux sont parfois perturbés par le manque d’énergie et donc une mauvaise gestion de l’hygiène de vie.

J’espère que la lecture de cet article vous permettra de mieux comprendre l’anxiété et réagir de la meilleure façon qu’il soit. Dites-moi en commentaire si vous arrivez à gérer ou non votre anxiété, je me ferai un plaisir de lire vos témoignages.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

About David Jedresac

24 Comments

  1. Difficile de ne pas être anxieux dans ce contexte qui dure encore et encore ! Effectivement, il faut pouvoir remplacer ses pensées négatives et avoir une bonne hygiène de vie.

    Merci pour ces conseils !

    1. Merci à toi pour ton commentaire !

      En effet le climat n’est pas le plus favorable mais représente un bon challenge pour maîtriser son anxiété 🙂

  2. Merci pour cet article très intéressant. On est tous sujets plus ou moins souvent à l’anxiété. Personnellement je vis de manière cyclique des pics d’angoisse concernant l’environnement. J’ai décidé de ne plus lire de livres que l’état du monde mais plutôt de lire des témoignages de personnes qui essayent d’apprivoiser leur anxiété… Vive avec et pas chercher à diminuer l’anxiété

    1. Excellente initiative Clémence, je trouve ton approche exemplaire. C’est exact, l’anxiété comme tout dans la vie est cyclique, elle devient un problème quand celle ci dure trop dans le temps. Et encore, je n’aime pas le mot “problème”. Car concrètement, même une anxiété qui dure depuis 5 ans peut être transformé en une force nouvelle. Nassim Nicholas Taleb explique très bien le concept d’anti-fragilité.

      Le fait de lire des témoignages est selon moi un très bon moyen pour en apprendre plus sur le sujet, tout comme lire des biographies apportent un grand lot de bénéfices . Néanmoins, il faut penser à ouvrir nos perceptions avec cette approche pour ne pas tomber dans le piège de la comparaison. Il faut savoir filtrer chaque conseil et astuce pour les adapter à nous. N’hésite pas à télécharger le livre gratuit que je proposer dans l’un des formulaires disponible d’ailleurs pour en savoir plus sur ma vision.

      Merci à toi pour ton commentaire instructif 🙂

  3. Il y a en effet de nombreuses choses autour de l’anxiété, le ressenti du système nerveux, ce qui se passe dans le cerveau, l’hygiène de vie etc. Merci pour cet article qui fait déjà un gros tour de la question !

  4. Les médias et le focus sur les « bad news » j’en peux plus.
    Ça me stress par moment suffisamment pour réussir à me faire adopter une diet médiatique 🙂

    1. Un mal pour un bien en soit, je t’encourage fortement à prolonger ta diet médiatique le plus longtemps possible 🙂

  5. Merci pour cet article clair et dés-angoissant 😉 !
    D’un point de vue énergétique, le fait de se recentrer sur soi, diminue les angoisses!

    1. Merci à toi pour ton commentaire 🙂
      Oui se recentrer sur soi via la méditation et la visualisation est un excellent moyen de court circuité une angoisse. Ce n’est pas forcément ce qui va guérir tous les maux mais en suivant les bons moyens, on parvient à beaucoup mieux se maîtriser.

  6. Super intéressant ! Je partagerais volontiers avec mon blog, ça pourrait aussi être utile à mes lecteurs !

  7. Merci pour cet article très utile. Je ne regarde jamais les chaines infos, et comme toi, ke ne m’en porte que mieux (même si c’est loin d’être la seule source d’anxiété)

  8. Maitriser l’anxiété passe par le contrôle de ses émotions. Et je rejoins totalement de ne plus regarder les médias. Qui nous bombarde d’infos négatives, personne n’en a besoin. Il faut enlever toutes les petites choses qui nous stress et nous apportent de la négativité, pour diminuer l’anxiété 😉

  9. Super intéressant ! je ne le suis pas personnellement mais je pourrais aiguiller des copains qui le sont un peu plus !:)

    1. Bonne initiative que de prévenir plutôt que guérir 🙂 En espérant que le partage puisse inspirer pour ton entourage.

  10. Merci pour cet article très enrichissant !
    Pour ma part, je pratique la diète d’informations (recommandée par Tim Ferriss dans son best-seller La semaine de 4 heures) et j’ai récemment repris le sport, en allant à la piscine de manière régulière 🙂 j’en ressens déjà les bienfaits, c’est un pur bonheur, comme si toutes mes tensions restaient dans l’eau !

    1. Tim Ferris fait de bonnes recommandations et d’ailleurs dans la semaine de 4 heures il y a pleins de bons conseils. Bonne initiative que de lier la diète d’information et du sport, parfait pour entretenir son hygiène mentale 👍

      Merci pour ton retour 🙂

  11. Merci David pour cet article très profond sur la gestion de l’anxiété. Il s’agit d’un fléau et d’un cancer qui gangrène tout actuellement. Je pratique personnellement la diète médiatique depuis près de quatre ans depuis que je l’ai découverte avec Olivier Roland et Tim Ferris. À très vite.

    1. Merci à toi pour ton commentaire Elom ! De très bons conseils de la part d’Olivier Roland et de Tim Ferris, j’ai pour la première fois entendu parler de la diète médiatique avec Olivier Roland justement et je l’ai appliqué immédiatement sans plus jamais retirer cette habitude. J’espère que cette diète de 4 ans t’as beaucoup apporté 🙂 n’hésite pas à exprimer ton ressenti si tu repasses de nouveau, je serai ravi de le connaitre.

  12. Hello
    Très intéressant cet article ! J’ai la chance de n’avoir jamais eu a souffrir d’anxiété (je touche du bois) mais j’ai beaucoup de proches qui en souffrent notamment du fait de la situation actuelle. C’est donc bien d’en connaître les causes.

    1. Hello,
      En effet, savoir comprendre pourquoi c’est un bon point. S’en servir pour évoluer, c’est encore mieux 🙂 C’est rare une personne qui n’a jamais ressentis d’anxiété, je te souhaite que ça continue ainsi 🙏 N’hésite pas à partager des conseils pour arriver à ce résultat si tu repasses par là 🙂

  13. Merci pour cet article ! La mise en lumière du lien entre anxiété et alimentation est importante car une anxiété trop importante peut amener à des craquages et à manger des aliments plaisirs (trop gras, trop salé, trop sucré) simplement pour combler se “vide” d’anxiété et commencer alors un cercle vicieux. Des bons repas et une alimentation saine et équilibrée permettent de contrebalancer cette tendance. 😀

    1. Tout à fait d’accord sur le cercle vicieux que peut engendrer une mauvaise alimentation. Parfois il faut se forcer à changer pour contre balancer les avantages et les inconvénients. Et, concernant une bonne alimentation, il n’y a pas photo sur les avantages d’une bonne alimentation. Traiter l’anxiété en amont peut d’ailleurs pousser à améliorer son alimentation, par amour de soi.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :