La formule pour apprendre

Nous sommes nombreux à vouloir apprendre de nouvelles choses. Et nous sommes également beaucoup à associer l’apprentissage à de la souffrance. La réalité est que le cerveau humain est fait pour apprendre, constamment. C’est sa nature. Ne serait-ce que pour créer des milliards de connexions dans nos cerveaux (ce qui est parfaitement saint pour notre santé mentale). Alors, comment apprendre de nouvelles choses? L’école est-elle un bon exemple?

Attention + temps = apprendre

Ce premier titre répond à la question. Pour apprendre quelque chose, il faut de l’attention et du temps. C’est à la fois si simple, et à la fois d’une complexité à en faire tourner la tête. Au collège, un élève passe environ 552 heures à apprendre l’anglais. 4 heures par semaines à raison de 33 semaines par an pendant 4 ans. Le temps passé est énormissime. Pourtant, la plupart ne sont pas bilingues. Et, ceux qui arrivent à parler anglais sont pour la plupart grâce à leurs efforts personnels, extérieurs au système scolaire. Il y a de très nombreuses raisons à cela, tout ne sera pas évoqué ici, mais dans la formule présenté, c’est l’ «attention » qui bloque au niveau de l’école. C’est une formule que j’ai appris grâce aux travaux d’Idriss Aberkane et que j’aimerai développer au maximum.

Sommes-nous tous capables d’apprendre?

En suivant la formule, oui, nous sommes tous capables d’apprendre tout ce que nous voulons. La génétique ne rentre pas vraiment en ligne de compte, tant le cerveau est complexe, sans compter le mental. Chaque cerveau humain a un nombre de connexions plutôt élevé. Gérald Edelman, biologiste et lauréat du prix Nobel, a même déclaré que le nombre de circuits neuronaux (nous ne parlons pas de neurones ici) possibles dans le cerveau est de 10 suivi de 1 million de zéros. Le nombre de particules composant l’univers connu est estimé à « seulement » 10 suivis de 79 zéros. Nous pouvons donc dire que nous avons tous et toutes un univers tout entier comme organe.

Je suis trop âgé pour apprendre

Il n’y a pas d’âge pour apprendre. Le cerveau met beaucoup de temps à concrètement vieillir. Il est même estimé qu’il commence à vieillir à l’âge de 85 ans environ. Mais même à cet âge, le cerveau est capable de créer des neurones en masses. Et que ceux qui ont pu lire que le cerveau perd des neurones chaque jour se rassurent, il n’en perd que 85 000 par jour. Sur 40 milliards de neurones dans le cortex cérébral, c’est très peu. Il faudrait plus de 600 ans pour perdre la moitié des neurones du cerveau. Je vous souhaite de vivre si longtemps, mais en attendant, inutile de s’en inquiéter. Et cela est sans parler du principe de neurogenèse. Le cerveau est capable de créer de nouvelles cellules nerveuses, notamment dans l’hippocampe. C’est ce qu’on appelle la « neurogenèse ».

Pourquoi est-ce si compliqué d’avoir de l’attention?

Nous avons vu précédemment que passer 552 heures à apprendre l’anglais ne suffisait pas à l’école. Il est pourtant aisément possible d’être un bon bilingue avec autant d’heures, même avec moins. Ce qui veut dire qu’en optimisant son apprentissage, nous pourrions tous devenir bilingues. Bien que si vous n’êtes plus à l’école, il y ait de grandes chances cette fois que c’est le temps le problème. Nous y reviendrons. L’attention est difficile à trouver de nos jours pour plusieurs raisons. La première est due à nos sentiments, nos croyances, notre conscience. J’espère ne pas avoir perdu la plupart d’entre vous à cette lecture.

La deuxième raison, ce sont les distractions. Le monde moderne nous a apporté beaucoup de bonnes choses, mais également des choses dont nous devons reprendre le contrôle. Notamment les notifications, les réseaux sociaux, YouTube, etc. Ce ne sont pas de mauvaises choses en soi, mais elles perturbent le premier point essentiel: la conscience de soi.

Les niveaux de conscience

Je suis content, moi qui suis d’un naturel cartésien habituellement, que même la science se range de plus en plus du côté spirituel aujourd’hui. Peut-être êtes-vous en train de vous dire qu’avoir conscience de soi, c’est perché. Deepak Chopra explique dans son livre « Le fabuleux pouvoir de votre cerveau » que pour libérer son cerveau, il faut avoir une conscience de soi. Il y a trois niveaux de conscience. L’inconscience, la conscience et la conscience de soi.

Inconscience

Si nous lisons un livre sans conscience, nous allons retenir peut-être que 10% de son contenu. Et ces 10% seront perdus au bout de quelques jours. L’inconscience, c’est le fait de mettre le pilotage automatique, sur tout ce que nous faisons. Le « faire » et le « être » sont intimement liés. Les émotions prennent une grande place dans notre existence. Être en colère et se laisser porter par l’énervement et perdre le contrôle, c’est être en état d’inconscient. Le cerveau à la main mise et votre mental est esclave de votre cerveau. Vous êtes réactifs au monde extérieur. Et donc vous n’êtes pas proactifs, c’est-à-dire que vous n’agissez pas sur votre cercle d’influence.

Conscience

Dans ce niveau de conscience, vous êtes capables de nommer votre émotion. Vous pouvez prendre du recul et identifier qu’une émotion désagréable a pu être néfaste par le passé et qu’il vaut mieux l’éviter à l’avenir. Vous avez plus de contrôle, mais êtes encore restreint par vos émotions et vos croyances.

Conscience de soi

Ici, vous créez votre propre réalité. Tout est possible. Avoir conscience de soi, c’est le fait d’identifier notre propre comportement lors d’émotions fortes, agréables ou désagréables. Et de les tourner ainsi à notre avantage. Prenons l’exemple de la colère. Quelqu’un qui a conscience de soi sait quand il est énervé, mais il est capable de rapidement recentrer son attention. Il se juge au moment où il est susceptible de perdre le contrôle, il voit le mal que cela peut engendrer à autrui, les inconvénients que cela peut avoir sur lui même comme la culpabilité d’avoir perdu le contrôle. Il émet donc toujours des émotions désagréables (je n’emploie pas le terme « négatif », car j’estime que toutes émotions sont avant tout un signal), mais est capable de rapidement se recentrer.

Avoir conscience de soi c’est donc le fait de devenir celui que vous voulez vraiment devenir. L’influence extérieure n’a aucun effet néfaste. Les émotions ressenties les plus courantes sont la gratitude, l’amour et la certitude. Cet état de libération totale est un bond en avant pour l’attention général. Vos perceptions jouent aussi un rôle majeur et la conscience de soi permet d’avoir des perceptions beaucoup plus élargies dans le temps et l’espace.

Les distractions

Les distractions font partie de l’inconscient. Elles sont là pour remplir un certain vide ressenti dans notre vie. Un peu comme une fuite. Nous laissons le contrôle au cerveau, plutôt qu’au mental et donc la conscience de soi. Si vous ressentez un vide et qu’il y a un manque de sens (cela peut être cyclique et temporaire) alors la dopamine prend le contrôle. La dopamine c’est l’hormone du plaisir immédiat. Comme vous n’envoyez pas de message par votre mental à votre cerveau, c’est lui (et donc votre inconscient) qui va décider. Pas pour votre mal, mais au contraire pour votre bien.

Parce que cela peut être ancré dans nos habitudes que quand nous allons mal nous avons besoin d’une décharge de plaisir immédiat. Manger du sucre, jouer déraisonnablement aux jeux vidéo, rester des heures sur Netflix, décharge sexuelle, réseaux sociaux… Tout cela, ce sont des distractions. Attention, jouer aux jeux vidéo ou regarder Netflix n’a rien de mal si c’est du temps de distractions assumé et non pas pour remplir un vide, il faut bien faire la différence. Cela vaut pour le sucre, le sexe ou les réseaux sociaux. Si vous avez tendance à procrastiner et à vous laisser facilement distraire, c’est un bon indicateur pour connaître votre niveau de conscience. En l’occurrence, les distractions indiquent un niveau « inconscient » comme vu juste au dessus.

La répétition

Nous avons vu que pour avoir de l’attention, il faut augmenter son niveau de conscience. Mais la formule complète c’est « attention + temps ». Si vous apprenez quelque chose, en lisant, en pratiquant ou regardant des vidéos sur le sujet, il faut donc être attentif et y mettre du temps. Pour cela, il faut donc pratiquer l’art de la répétition. Prenons l’exemple d’un pianiste. Pour devenir pianiste, il faut être attentionné et répéter encore et encore pour devenir le meilleur. C’est avec la répétition que nous pouvons devenir un champion olympique si c’est notre objectif.

Augmenter sa conscience

La répétition est un très bon moyen pour faire sauter nos croyances. En France, la sagesse est encore assez peu connue. Je parle de la vraie sagesse, la maîtrise de ses émotions et de la conscience de soi. Cela s’apprend. Pour incorporer de nouveaux concepts, il est très intelligent de le répéter. Ne serait-ce que par la pensée. Les pensées façonnent notre façon d’être, la plupart sont inconscientes. Ça veut dire que le pilote automatique est très souvent activé. Le pilote automatique est régi par vous et vous seul. Par toute votre expérience de vie. Si votre pilote automatique c’est d’avoir peur du futur (ce qui est particulièrement le cas pour beaucoup de personnes par rapport à la crise du coronavirus) alors vous serez automatiquement plus anxieux que si vous avez conscience de vous.

Dépasser toutes nos limites commence par là. Et la répétition permet de débloquer votre niveau de conscience. En lisant cet article, vous passez du temps et de l’attention (selon votre niveau d’intéressement, vitesse de lecture et capacité à scanner les éléments qui vous importent), ce qui veut dire que vous avez passé quelques minutes sur 15 heures voire un peu plus d’éveil dans la journée. C’est trop peu pour intégrer un nouveau niveau de conscience évidemment, mais si vous décidez de lire des livres sur le sujet, regardez des vidéos et que vous mettez de l’attention et du temps alors vous augmenterez votre niveau de conscience. Tout peut s’apprendre, le cerveau n’a pas de limites si ce n’est votre propre niveau de conscience.

La pratique délibérée

La pratique délibérée c’est le fait de pratiquer une activité ou un sport et de mettre notre conscience sur notre pratique. La pratique délibérée peut s’effectuer par fragmentation. L’exemple le plus commun et simple à comprendre c’est le tennis. Si vous pratiquez délibérément, vous pouvez mettre de la conscience (attention) et de la répétition (temps) dans votre capacité à faire un service. Au bout d’un certain nombre d’heures à faire de la répétition, vous deviendrez experts en matière de service. Fragmenter son entraînement ou son apprentissage permet de se concentrer au maximum sur une partie en particulier. Et devenir maître avec un grand nombre d’heures.

La pratique délibérée peut donc se résumer sur le fait d’être en état de « flow ». Brillamment expliqué par l’auteur et psychologue Mihaly Csikszentmihalyi, l’état de flow c’est le fait d’être dans une bulle où nous avons toute notre conscience porté sur notre pratique.

Joueur de tennis préparant son service

Conclusion : tout le monde peut apprendre?

Si vous avez lu l’article en entier, vous savez maintenant que la formule « attention + temps » permet d’apprendre ce que vous voulez. Mais que cela est plus complexe que ça en a l’air. Car apprendre quelque chose que nous n’aimons pas ne permet pas de porter notre pleine attention. C’est pourquoi en développant notre conscience de nous-mêmes, nous pouvons débloquer des croyances ancrées depuis longtemps, et ainsi de nous débarrasser de nos limites. Cela n’a pas pour seul but de performer, puisqu’augmenter notre niveau de conscience améliore aussi notre bien-être. D’ailleurs, l’apprentissage permet de contrer la maladie d’Alzheimer et combat même la dépression. Car la création de nouvelles connexions dans nos cerveaux est très bénéfique pour celui-ci.

Tout le monde peut donc apprendre ce qu’il souhaite et c’est même dans nos natures et nos intérêts de continuer à apprendre continuellement et avec plaisir.

Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous a plu. Je suis ouvert à la critique et je serai ravi que vous mettiez de l’attention et du temps à m’écrire un commentaire juste en dessous. Je me ferai un plaisir de mettre à mon tour de l’attention et du temps à vous répondre 🙂

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

About David Jedresac

4 Comments

  1. Article très très intéressant et bien détaillé !
    Je parlais justement hier du fait qu’il n’y a pas d âge pour apprendre, merci de confirmer mes dires 😅

    1. Merci à toi ! En effet et c’est à la fois rassurant et très excitant de ce dire que l’apprentissage ne s’arrête jamais 😊

  2. Merci pour cet article, je l’ai trouvé très intéressant !

    La complexité de la formule Attention + Temps est très bien détaillée et très bien expliquée.

    J’ai beaucoup appris

    Bravo pour le travail !

    1. Merci à toi pour ton commentaire Caroline 🙂 La formule est en effet à la fois très simple et complexe. Mais elle est surtout absolument vraie. Content que mon travail te plaît 👍

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :