Hermann Ebbinghaus

Hermann Ebbinghaus et sa courbe de l’oubli

Hermann Ebbinghaus est un philosophe allemand qui a créé la courbe de l’oubli en 1885. Il est né le 24 janvier 1850 à Barmen, fils de marchand, et est mort le 26 février 1909 à Halle. C’est un homme de science qui a énormément contribué à l’évolution de l’apprentissage. Il a fait de lui-même un cobaye pour expérimenter ses propres théories. J’aime beaucoup sa façon de faire, car elle correspond à la mienne. Nous allons voir, comment exploiter la courbe de l’oubli et comment la remettre à neuf, avec nos connaissances d’apprentissage d’aujourd’hui.

Hermann Ebbinghaus, créateur de la courbe de l’oubli

En 1885, Hermann Ebbinghaus crée la courbe de l’oubli. Ebbinghaus s’est longtemps consacré aux problèmes de la mémoire. À l’école, l’apprentissage consiste à bourrer le crâne pendant un court laps de temps jusqu’à ce que ça rentre. On appelle ça « l’apprentissage par coeur ». La technique d’Ebbinghaus est plus subtile et d’un point de vue scientifique, plus efficace. Le cerveau a besoin de rappel pour consolider une information.

Pendant la nuit, le cerveau traite les informations, il garde les plus importantes et jette les moins importantes. Le travail d’ondes durant la phase de sommeil profond est complexe, mais nous n’avons pas de contrôle à cela. Les rappels permettent d’aider le cerveau (ou le subconscient) à identifier les informations importantes. En passant, je trouve bien triste que l’école n’aborde pas une seule fois dans toute la scolarité la courbe d’Ebbinghaus, toujours efficace et qui est né en 1885…

Le fonctionnement de la courbe de l’oubli

Quand nous apprenons une information, celle-ci est rapidement perdue. Cela va dépendre de plusieurs choses. Son importance, comment l’avons-nous appris, l’amusement procuré… Sur un simple cahier ou dans un livre, les informations apprises ont du mal à rester dans la mémoire à long terme. Le problème qui souvent s’oppose à nous, c’est la difficulté de trouver du fun dans l’apprentissage. Le mind mapping rassemble les meilleurs règles pour trouver du plaisir à apprendre, car les cartes heuristiques jouent avec notre créativité ce qui permet de mieux stimuler le cerveau.

Pour faire des rappels efficaces, il ne suffit pas de relire une information. Par exemple, je viens d’apprendre que « la courbe d’Ebbinghaus permet de mieux retenir ». Pour mémoriser cette information, l’idéal est de faire un rappel le jour même, pour montrer que l’information est importante. Un rappel, ça peut être de faire une sorte de quizz, répondre à une question, simplement visualiser l’information si vous vous en souvenez ou relire l’information (simplement relire sans mettre un petit peu au défi le cerveau risque d’être peu efficace).

Si vous voulez mettre dans votre mémoire à long terme « la courbe d’Ebbinghaus permet de mieux retenir » alors, faites un rappel ce soir avant de dormir par exemple. Le sommeil va se charger de considérer cette information comme potentiellement utile. Mais seulement « potentiellement ». D’où l’intérêt de faire des rappels tout au long d’une semaine et sur un mois selon l’information.

Comment faire les rappels selon Hermann Ebbinghaus?

Les rappels sont à faire intelligemment. Disons que vous voulez apprendre et retenir un cours entier. Vous avez écrit votre cours le lundi matin. Au soir, pour donner de l’importance à l’information pour votre cerveau, vous allez effectuer une carte mentale qui va résumer votre cours. Le lendemain, mardi donc, vous allez faire le défi de réciter votre cours de tête. Puis, que vous ayez eu bon ou non, relire votre carte mentale. Le mercredi, vous allez le refaire une nouvelle fois. Ensuite, plutôt que de le refaire le jeudi, vous allez commencer à espacer les rappels, selon la difficulté à retenir. C’est avec la répétition espacée que vous allez retenir un maximum d’informations.

Doit-on faire des rappels pour tout ce qu’on apprend? La réponse est non. Le but n’est pas de se rendre fou, mais d’utiliser la courbe de l’oubli comme moyen d’apprentissage efficace. C’est à utiliser pour toutes les informations plus ou moins importantes et plus ou moins difficile à retenir. Et ça, c’est à vous de juger ce que vous voulez vraiment retenir. Ce qui est sûr, c’est que la volonté à elle seule ne permet pas de retenir ce qu’on veut. Pour retenir un livre par exemple, il est intéressant de faire une carte mentale qui va résumer l’essentiel avec des mots clés, puis d’utiliser les rappels pour mémoriser énormément plus de contenu que de laisser les informations aux oubliettes.

Conclusion et amélioration de la courbe d’Ebbinghaus

Nous savons aujourd’hui que c’est le sommeil profond qui permet d’ordonner nos connaissances en gardant l’utile et jetant l’inutile. Et on sait aussi que le cerveau fonctionne par association. Donc, en utilisant le mind mapping, en dormant 8 heures par nuit et en utilisant la répétition, nous avons là des ingrédients puissants pour mémoriser efficacement. L’intelligence n’est pas innée, en utilisant notre intelligence pour apprendre, avant d’apprendre en forçant, nous pouvons apprendre une quantité de choses énormes. N’importe qui peut faire ça.

Cela met peut-être du temps pour faire des rappels espacés, mais en comparaison, le par coeur prend nettement plus de temps et d’énergie. Mémoriser un maximum de contenu permet vraiment de prendre de l’avance sur n’importe qui. Car l’apprentissage est la base pour obtenir de nouvelles compétences, et avoir le pouvoir de changer de métier, d’évoluer dans son métier ou simplement augmenter sa propre culture.

Avez vous déjà essayé l’apprentissage en prenant en compte la courbe qu’Hermann Ebbinghaus a mise au point? Allez-vous mettre en place des rappels espacés pour apprendre de nouvelles choses?

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager
  • 1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  

About David Jedresac

4 Comments

  1. Merci pour ces éléments je vais les mettre en pratique avec ma fille 10 ans et ses révisions. Mais je te rejoins cela devrait s’apprendre à l’école. Ils commencent le mind mapping… c’est déjà cela!

    1. Oui j’ai vu que certaines écoles commencent le mind mapping et c’est déjà très bien effectivement. Maintenant, nous adultes pouvons aussi réagir sur notre propre apprentissage, il n’y a pas d’âge pour ça et c’est ce qui est intéressant. N’hésite pas à me dire si avec ta fille l’apprentissage fonctionne mieux avec les rappels espacés, je suis intéressé de savoir, si tu as le temps évidemment 🙂
      Merci pour ton retour

  2. Le graphique sur la rétention est vraiment impressionnant… Il faut faire des rappels de ses lectures sinon cela ne sert à rien de les avoir lues en fait ! Lorsqu’on est aux études, on va plus facilement mettre des choses en place pour effectivement retenir ce que l’on étudie. Par contre dans la vie de tous les jours, si on lit un livre de développement personnel par exemple, on ne va pas se faire des rappels. Mais il faudrait en fait ! Merci pour cet article très instructif !

    1. Des rappels ça peut aussi simplement mettre en pratique. Mais régulièrement du coup. Donc oui les rappels sont indispensable à moins d’oublier très vite ce qu’on apprend. Pour le développement personnel aussi effectivement, le top c’est d’en faire tous les jours, de mettre en pratique ce que tu apprends pour assimiler. Étant un sujet assez complexe, celui de s’améliorer psychologiquement ou modifier des croyances etc, c’est mieux de le faire sur le long terme 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :